• Nos étoiles contraires

    Nos étoiles contraires

    Titre : Nos étoiles contraires
    Auteur : John Green
    Editeur : Nathan
    Nombre de page : 323 pages
    Prix : 16.90€

    Résumé :

    Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

    Mon avis :

    Voilà un moment que j’avais ce livre dans ma PAL et dans le cadre du challenge « un peu d’océan sur mon roman » je m’étais décidé à le sortir. Mais, il a fallu la lecture commune qu’à lancer Enjoy Book sur facebook pour réellement me convaincre de le lire. D’ailleurs je remercie Allison de m’en avoir parlé !

    Me voilà donc comme beaucoup avant, a essayer d’écrire une chronique sur ce livre qui m’a énormément ému. Ne sachant vraiment pas par ou débuter, j’ai commencé par lire quelques chroniques d’amis blogger et pour tout vous avouer, je ne sais toujours pas quels mots employés, ni quoi dire.

    En commençant ma lecture, j’avais peur de ne pas aimé ce livre autant que d’autre. Et pourtant, j’ai très vite remarqué que je n’arrivais plus à lâcher le livre : il fallait que je continue. Quand je ne pouvais pas lire, je me posais des tas de question : sur Hazel, sur Gus, sur leurs maladies, sur Van Houten, sur Une Impérial Affliction, bref sur TOUT !

    Je me rends compte que ce roman m’a touché plus que je ne le pensais car depuis que j’ai fermé ce livre, j’ai une grosse boule dans la gorge

    Hazel notre héroïne a un cancer, et elle rencontre Augustus, un cancéreux en rémission dans un groupe de soutient (genre alcoolique anonyme pour le cancer et sans être anonyme). Très vite une amitié se lie entre eux, puis l’amour s’invite.

    Plus les pages défilaient et plus je m’accrochais à cette histoire. Ce qu’on voit ressortir du livre, c’est différence qui ne devrait pas en être une, à cause de cette maladie qu’ils n’ont jamais voulu.

    Il y a plusieurs choses dont je me rappel qui m’ont marqué : déjà au groupe de soutient, une fois que la séance est finis, ils disent le nom de tout les disparu du groupe avec en dernier le plus récent et j’ai pensé à toutes ces personnes. Je sais qu’on meurt tous un jour mais comme l’a dit Gus : il y a l’oubli et c’est douloureux.

    Une autre scène qui m’a marqué c’est celle ou Hazel dit qu’elle est une grenade. Et en y réfléchissant : nous sommes tous des grenades, nous affectons tous notre entourage, et s’ils nous arrivaient quoi que se soit, les autres en souffriront. Bref même si c’est une situation différente : nous sommes tous des grenades.

    Je sors de cette lecture à la fois meurtrie et pleine d’espoir ; J’ai l’impression que mon cœur s’est briser et qu’il aura du mal à se reconstruire. En refermant ce livre, je me sens changer, dans ma vision de voir les choses. C’est réellement un livre qu’il faut lire. Je ne regrette vraiment pas de l’avoir découvert. De plus, j’ai aussi vue le film qui m’a tout autant ému, et dans la fouler après avoir finis le livre. Bref je le conseil à tous !

     

    Nos étoiles contraires

    Nos étoiles contraires

     

    Avis des ami(e)s :

    Nos étoiles contraires

     

    Nos étoiles contraires

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Vendredi 29 Août 2014 à 17:23

    J'ai adoré ce livre : il est rempli d'emotions, du début à la fin il nous tient en haleine. J'ai pleuré plusieurs fois avec ce livre, et pourtant c'est quelque chose qui m'arrive rarement. On y retrouve deux jeunes qui, comme tu a dit, ne voulaient pas cette "saloperie de maladie", mais qui ont dû faire avec, c'est admirable la façon dont il arrive à surmonter ça malgré tout, et à s'aimer.

    Je ne m'attendait pas à ce que ce soi Gus qui meurt, puisqu'il était en rémission, c'est quelque chose qui m'a prise par surprise.

    Ce livre m'a d'autant plus emue qu'un de mes proches est décédé de cette maladie, et ça fais bizarre de lire un bouquin sur un sujet qui pour moi est toujours assez tabou.

    Sinon, très bonne chronique et joli blog. 

     

    DreamOf-Hapiness, de Skyblog.

    2
    Sweetness
    Vendredi 3 Octobre 2014 à 21:12

    Personnellement j'en avais tant entendu parler que ce livre m'as presque laissé de marbre. Il ne m'as pas réellement émue ( plutôt énervé dans le sens ou j'en voulais à l'auteur la fin de l'histoire, et même à l'univers ^^ ).

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :